AccueilRèglementRechercherS'enregistrerConnexion


Partagez | 
Juunin de Kiri
« Promenons nous dans les bois... ( PV Satsuki) »
Mer 13 Avr 2011, 20:19
avatar

Âge : 28
Nbre de messages : 309
Date d'inscription : 16/08/2007
La chasse une passion qui envoûte les hommes depuis la nuit des temps. Oui cet art remonte bien avant le grand Rikudo Senin. L’être humain chasse pour se nourrir et ainsi entretenir la chaine alimentaire. A l’aube des temps nouveaux, on chasse pour le plaisir. Avez-vous déjà ressenti cet immense frisson parcourant votre corps, lorsque votre proie est à porté de main ? L’odeur du sang parfumant avec délicatesse ce doux instant. Le regard vide de votre victime sentant venir son dernier instant. Tant d’émotion vous submerge lors de la mise à mort de l’animal. On ne peut que se réjouir d’entendre cette pauvre bête hurler à la mort. Mais aujourd’hui ce n’est pas une chasse comme les autres, oui aujourd’hui, notre jeune ami va participer à ce qui fait battre son cœur à la chamade. La chasse à l’homme, qu’elle meilleur gibier, qu’un être dotait de la parole, mais à l’aube de ce jour nouveau qui sera la proie ? Le chasseur trop imbu de sa personne où la victime prêt à tout pour survivre. Le monde des Shinobi est un monde injuste ou l’homme doit faire face chaque jour à la mort, qui l’observe et se fera un malin plaisir de lui faucher la vie. Oda apprit bien assez tôt à faire face à cette dangereuse réalité, la mort essaya de le prendre par la force, mais se dernier lui tendit un poing en signe de réponse. Oui aucune sépulture ne peut retenir le corps du futur dirigeant du vaste empire de Kiri. Ses ambitions sont fortes, sa détermination est aiguisée comme une lame de grand maitre. Dans le monde de notre chère Nobunaga il n’y aucune place pour les faibles et les pleurnichards, il veut imposer comme le règne animal la loi du plus fort. Les puissant félin impose leur domination par leurs prestances et leurs charismes. Ni y’a-t-il pas qu’un seul male dominant dans une meute de loups ? Notre ami veut tout pouvoir, femme, richesse, tout ce qui s’étendra devant ses yeux sera à lui désormais. Cependant la jeune Mizukage veille au grain, cela est un handicap car il ne peut y avoir deux rois sur le même trône. Bientôt….. Oui très bientôt il ne fera qu’une bouchée de cette petite peste. Oda en avait l’eau à la bouche rien que d’y penser. Malheureusement pour notre jeune ami le cannibalisme fut proscrit dans tout le village, cet acte est qualifié de barbare. Ceux qui pense cela n’on aucune notion du goût. La chair humaine est croquante et dégage un fumet particulièrement délicat pour les narines de fin gourmet. Toutes ses idées avaient donné faim à notre jeune homme. En effet à cause de cette interdiction notre jeune Nobunaga dut se fournir dans la morgue du village. Des abats et de la viande froide tout cela ôte la saveur d’un met si délicat. Oda veut de la chair fraiche, il veut entendre sa nourriture le supplier de ne pas le saigner comme un porc. Oda est las de son village, il n’a qu’une envie partir pour s’offrir un diné de premier choix. Kiri empeste l’odeur de cette fanfreluche qui ose se nommer Mizukage. Le Cannibale contemplait avec froideur l’immensité de son village natale. Notre jeune ami leva son bras en direction de Kiri et ouvrit sa main, puis la referma fermement. Il était à porté de main de son but, mais chaque chose en son temps. Aujourd’hui et le jour de la chasse et non des règlements de compte. Nobunaga connait un endroit tranquille près du pays de la neige, ou il pourrait se livrer à sa passion sans contrainte. N’oublions pas que Yuki fut le lieu de métamorphose du jeune héritier des Oda. Il fut enterré vivant, Nobunaga ressorti fort et ampli de haine de sa tombe. Maintenant il devait faire au plus vite, la route sera longue pour satisfaire sa faim. Le jeune passa furtivement dans la demeure de ses ancêtres, afin de prendre tout le matériel qui l’aidera à prendre du plaisir lors de cette chasse épique. Nobunaga vérifia avec la plus grande attention que ses lames soit bien tranchante afin que quand elles pénétreront la chaire, elles puissent faciliter le travaille de découpe. Le jeune Juunin revêtit son épais manteau de lin et prit soin d’enfiler sa capuche. Oda allait partir sans prévenir et cela pourrait lui porter à préjudice si jamais, il se faisait coincer. Que faire des règles d’un village qu’il ne respect même pas. Le jeune homme esquissa un sourire puis prit la route en direction du grand froid. Les mains d’Oda tremblaient à cause de l’excitation. Il dut dans un premier temps traverser la mer afin de se rendre sur les cotes d’Oto , c’était le chemin le plus court. Le temps de son voyage, Nobunaga s’occupa l’esprit en pensant aux nombreuses façons de torturer ses victimes. Il pourrait opter pour une méthode différente, au lieu de trancher et découper, Oda pourrait avoir recours à une bonne veille strangulation, il n’y a rien de mieux qu’un contact physique pour apprécié une mise à mort. Sentir le dernier souffler d’un être humain s’échapper d’entre ses mains. La brume commençait à se dissiper et on pouvait apercevoir au loin les cotes D’Oto. Le Juunin débarqua avec entrain sur le rivage et continua sa route en direction de Yuki. Il se souvint des raccourcis, qu’ils avaient empruntés avec son père il y a quelque mois de cela. Il longea la côte du pays du son ainsi que celle du pays voisin. Nobunaga commençait à ressentir le froid glacial de Yuki, les arbres étaient recouverts désormais d’un somptueux manteau de neige.

Le voyage fut long mais il en valu la peine. L’appétit sanguinaire de notre jeune ami commençait à se faire entendre. Le ventre d’Oda grommelait. Il est temps de partir à la recherche de nourriture. Les contrées de Yuki sont souvent les terres de nombreux nomades, il n’est pas rare de croisé quelques hommes, femme et délicieux enfants. Il faut avant toute chose trouver des traces de vie et ensuite les traquer. Il y a tout un rituel à respecter pour être un chasseur. Notre jeune ami huma l’air qui l’entouré tel un fin limier. Nobunaga décela de fortes odeurs de sang. Aucun doute…. Il y eut un combat, il y a peu de temps dans cette zone. Le jeune homme remarqua aussi une délicate odeur de parfum si enivrante…… une femme. Les dames ont la peau tendres et des joues tellement appétissantes. Une cible parfaite pour notre traqueur. Le jeune homme suivait cette piste avec la plus grande attention. Sur le chemin le menant à son gibier, il vit des traces de combat ce qui confirma son hypothèse. Oda s’enfonça encore plus profondément dans les tréfonds de la forêt enneigée. Nobunaga sentit son cœur battre de plus en plus fort. Il avait la sensation de bientôt toucher au but. La lumière avait du mal à pénétré dans l’immense forêt glaciale. La pénombre guidait les pas de notre jeune ami, quand tout à coup il se stoppa. Il renifla une dernière fois l’air comme un animal et se mit à éclater de rire. Le jeune homme était ravi, il avait enfin trouvé son repas du soir. Il pointa du doigt un tronc d’arbres et se mit à parler avec sa voie grave.

- Oh délicieuse créature, je viens là pour t’informer de ta mise à mort……. Oh pauvre….pauvre de toi…..? Mon estomac cri famine, mes canines ne demande qu’à faire plus ample connaissance avec votre délicate peau. Mais avant de passer aux choses sérieuses, pouvons-nous nous amuser un peu ? D’abords j’arracherai vos membres un à un, ensuite…………..ensuite…….. Oh mais je ne dois pas tout dévoilerrrrrrrrrrrrrrrrrr……………..alors MAINTENANT MONTRE TOI !

Oda se déplaça comme un éclair sur le tronc d’arbre et le brisa d’une seule main. L’impatience fera t’elle défaut à Nobunaga,? N’aurait il pas du attendre avant de passer à l’attaque? Notre jeune ami à bien l’air si sur de lui , mais que lui réserve cette partie de chasse dont il rêvait tant

_________________________________________________________________________
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Promenons nous dans les bois... ( PV Satsuki)

   Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sauter vers: