AccueilRèglementRechercherS'enregistrerConnexion


Partagez | 
Hokage
« La racine sous la neige (Mission) »
Mar 15 Mar 2011, 16:46
avatar

Âge : 27
Nbre de messages : 1756
Date d'inscription : 01/11/2006
Equipement : Quelques kunais...
Faction : Kage de Konoha
Il était rare qu'un Kage intervient dans une mission, mais Shiro n'était pas comme tous ses shinobis qui restaient derrière leur bureau et qui donnaient des ordres à ses subalternes. Il était de ceux qui aimaient l'aventure, qui ne pouvait pas vivre sans respirer la brise du vent sur son visage ou qui ne pouvait pas s'endormir sans avoir passé une journée à risquer sa vie. Lorsqu'il annonça au conseil sa décision de prendre part à la mission, nombreux ont été en désaccord avec ce choix. Mais comme tout Kage, c'est lui qui décide au sein du village. Et sa décision était déjà prise. Cependant, même un ninja avec son niveau ne pourrait rien faire contre un commando d'élite, il lui fallait de l'assistance. Shiro avait presque oublié la signification de ce mot qu'est aider. Lui qui s'est toujours débrouillé seul, allait devoir mettre sa fierté de côté pour se faire accompagner. Cela ne faisait pas très longtemps que Shiro était Kage de Konoha, et pour dire vrai, il ne connaissait presque personne. Bizarrement, il ne s'est entretenu qu'avec les membres du conseil et ce fameux Danzo Shimura depuis sa prise du pouvoir. D'ailleurs le jeune Hokage ne faisait confiance à personne, lui qui pris le poste par la force. Sa collaboration avec les deux ninjas qui allèrent l'accompagner sembler délicat. Peu bavard, il aimait cependant la lecture et se renseigner... Ce qu'il fit quelques jours avant la mission. Shiro s'était rendu dans les archives du village. De longues heures de lecture s'en suivirent. Il fut étonné de voir toutes les informations qu'il avait pu enregistré grâce à ses nombreuses pages feuilletés et en si peu de temps. Un récent rapport de Kakashi Hatake attira la curiosité du jeune Kage. Selon lui, l'ANBU racine existerait toujours et continuerait ses agissements dans l'ombre. L'Hokage avait lu de nombreuses archives sur cette branche de l'ANBU et quand il sait que ce Danzô en était le chef, les choses paraissaient clair dans sa tête. Et bien étrange par la même occasion, il fallait que Shiro soit fixé. Et le meilleur moyen d'en connaître plus sur eux étaient de travailler avec eux, bien qu'il comptait tester davantage leur loyauté envers lui... C'est ainsi que par l'intermédiaire du conseil du village, que l'Hokage demanda l'affection pour cette mission de rang S, deux des meilleurs ninjas de Danzô.

Le jour de la mission arriva, le timide soleil venait de se lever et Shiro en signe de bon ninja était déjà prêt à partir. Pour l'occasion, il avait même revêtit sa vielle tenue ninja pour mettre sa toge de kage au placard. Il est vrai que l'Hokage se sentait mieux à l'aise dans sa tenue noir et rouge que dans cet immense robe qui le gênait horriblement et ne s'imaginait même pas se battre avec. Il ne garda que son chapeau de Kage qu'il attacha derrière son dos. Comme pour montrer que malgré tout il gardait son rang d'Hokage. Shiro ouvrit la fenêtre de son bureau, respira l'air frais du matin d'une grande inspiration puis quand ce fut le moment d'expiré, il sauta par la fenêtre et retomba au sol. La chute fut rapide mais elle fut aussi remarqué par les quelques villageois qui passaient par là. Tous étaient scotché devant le jeune homme, c'était sa première apparition depuis son nouveau rang. Il fit un signe bref de la main et se mit en route vers sa destination. Il ne mit pas longtemps pour arriver à la frontière reliant Konoha à Yuki. Le froid commençait à se faire sentir, malgré ça, un petit soleil surplombait le ciel. Plusieurs Anbus et juunins de Konoha surveillaient cette frontière sous ordres de Shiro. Et ceux depuis la lettre que le Kage avait reçue de Koyuki Kazahana. Il éprouva une certaine arrogance en voyant tous ses subalternes devant lui, attendant le moindre de ses gestes ou paroles. Un sentiment de puissance qui le rendait jouissif à l'intérieur, mais à l'extérieur, il restait le même. Sans expressions, sans sentiments, comme s'il était éteint. Il observa longuement chacun de ses shinobis, mais aucun ne semblait être celui ou celle qui allait l'accompagner. Il en était sûr, et de toute manière, il avait encore une heure devant lui avant qu'ils arrivent. Il avait demandé qu'ils soient prêts pour neuf heures, et il s'attendait pas à les voir plus tôt. Sans aucun mot, il avança avec nonchalance vers un petit coin d'ombre qu'il repéra. Il s'allongea par terre, retira son chapeau de kage qui le gênait et se recouvrit le visage avec. Aucun ninja n'y croyait, le Kage en personne était allongé sur le sol faisant une sieste. Alors que dans même pas une heure, il devra partir en mission. Mais ce qui choqua le plus les shinobis de Konoha, était que Shiro n'avait dit aucun mot depuis son arrivé. Il faisait comme s'il ne connaissait personne. Drôle de comportement pour un Hokage... Une personne vint tout de même le déranger pendant sa phase de concentration. Les bruits de pas étaient discrets et rapide. D'un coup, il entendit une voix grave :


"Hokage-sama, nous devrions réfléchir à votre plan d'attaque bien que les ninjas vous accompagnant ne soit pas encore présent."

Shiro retira délicatement son chapeau laissant place à son visage. Ses yeux, vides d'expressions, regardaient le ninja qui portait un masque. Un Anbu donc, mais ne sait-il pas ? Le jeune Furukawa n'a pas besoin de stratégie ou de plan pour cette mission. Ce n'est pas simplement un boulot que fait le Kage pour arrondir ses fins de mois. S'il est là, c'est pour vivre avec le danger, montrer ses capacités à tous et une stratégie quelque qu'il soit enlevrait tout le piment à l'improvisation. Mais il n'était pas là que pour ça, il devait aussi trouver les réponses à certaines questions. D'un ton sec et bref, Shiro répondit :

"Ce n'est pas nécessaire."

Quelle réponse, qui dit tout pour ce personnage qu'est le nouveau Kage. Il aura bien du mal à se faire respecter s'il ne change pas de comportement. L'Anbu désemparé par la réponse du Kage reprit son poste sans un mot. Les regards des ninjas étaient tous posés sur Shiro, qui comme si de rien n'était, replaça son chapeau sur son visage et reprit sa sieste...

HRP : Soyez indulgent avec mon 1er post rp depuis un bail.^^ Si vous avez des conseils à me donner, n'hésitez pas. ;) Mais je pense que ça devrait le faire au fur et à mesure.

_________________

Kage de Konoha
_________________________________________________________________________
Membre de la Racine
« La racine sous la neige (Mission) »
Jeu 17 Mar 2011, 20:59
avatar

Nbre de messages : 29
Date d'inscription : 04/01/2011
La racine sous la neige



MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

.::.Neige et Glace.::.

Le flocon descendit lentement de son lieu d'origine. Il tournoya quelques instants balloté par les vents contraires, reprit de l'altitude, puis fondit sur sa cible comme un faucon sur sa proie. Il hésita encore et se posa enfin sur une ligne douce et délicate qu'était le front d'une jeune femme. Il se changea brusquement en une goutte d'eau qui finit par perler sur des yeux clos, suivant la courbe de la paupière pour finalement glisser sur une joue blanche et transit par le froid. La tête levé vers le ciel, les bras le long du corps, aussi immobile que possible, Satsuki perçait les nuages gris comme personne ne l'aurait fait. D'un revers de main, elle effaça le chemin qu'avait tracé le flocon sur son corps pour porter ces ultimes traces à sa bouche. Sa langue effleura doucement sa main pour recueillir le précieux liquide. Dans un geste d'une extrême lenteur, elle abaissa sa tête et chercha le moindre signe de présence de son accompagnateur. C'était la première fois qu'elle ressentait le contact de la neige sur sa peau, elle ne l'avait jamais vu, jamais observé, jamais goûté. C'était froid, pure, mordant, rafraichissant. Des sensations qu'elle éprouvait pour la première fois dans sa vie. On lui avait parlé des vastes étendues blanches et des paysages colossaux de roches forgés par les dieux. Mais pour Satsuki cela ne relevait encore que de l'imaginaire. Même si elle ne voyait pas ce qui l'entourait, la jeune ninja ressentait l'espace balayé par le vent autour d'elle. De l'espace à n'en plus finir. Elle ,habituée à son appartement de Konoha, était un peu déstabilisée par cette sensation d'immensité, de liberté, comme si l'individualité n'existait plus et que tu appartenais toi-même au décors. Ce n'était pas déplaisant. Satsuki leva ses bras et tourna sur elle-même pour apprécier le contact des flocons. Au bout de quelques minutes un dépôt c'était formé sur ses cheveux, qu'elle recueillit au creux de ses mains pour en apprécier la saveur. Yuki no Kuni, le pays de la neige éternelle. Le premier que Satsuki visitait en dehors de celui du Feu, et l'endroit le plus loin de chez elle, ou elle n'avait jamais été. Soudain, sa tête se tourna dans une direction précise. La jeune aveugle avait fini par repérer son accompagnateur, son guide, son coéquipier. Elle laissa tomber au sol le reste de neige fondu et s'avança d'un pas particulièrement maladroit à cause de la couche glissante qui commençait à se former. Doucement Satsuki leva les mains devant elle et tâtonna dans le vide. Soudain, ses mains rencontrèrent une matière textile plutôt froide. Elle appuya et entra en contact avec la chaleur de la peau. Tâtonnant encore de gauche à droite, elle découvrit une main aussi glacée que l'air vif qui engourdissait ses membres. Satsuki s'accrocha à celle-ci et releva la tête pour tenter de capter l'attention de la silhouette froide. Son murmure, doux et calme se perdit dans les airs.

¤Quand l'œil s'enfle dans le ciel et que la forge du mondes s'actionne, les sourciers cherchent des endroits silencieux, ces endroits qui restent calmes au milieu du tumulte. J'ai cherché le calme et c'est là que je t'ai trouvé. Je sens que la tempête approche¤

Aidé par Mutsuri, le corps de Satsuki se mit en marche d'un pas plus rapide et assuré. Le vent qui soufflait en sens contraire à leur direction les contraignait à se baisser pour ne pas éprouver sa morsure. La neige tombait en grande quantité et de plus en plus intensément. Ce n'était qu'une impression, mais Satsuki ressentait l'arrivé imminente d'une tempête. Climatique peut-être, humaine sans aucun doute. La mission était de rang SS et s'effectuait au coté de l'Hokage en personne. Deux élites de la racine et un Hokage. Cette mission était sans aucun doute de nature extrêmement grave. Les détails allaient leur être donné au point de rendez-vous, mais de ce qu'elle savait, Oto était suspecté d'avoir lancé une attaque contre ce pays. Un appel à l'aide avait été lancé, et la feuille avait répondu. La feuille et la racine. Satsuki n'avait jamais rencontré l'Hokage et ne savait pas à quoi il ressemblait. Aussi loin qu'elle se souvenait, la jeune aveugle n'avait connu que la racine et Danzô. Formé à l'art ninja depuis ses huit ans, Satsuki était une spécialiste de la manipulation grâce à son "don". C'était une coïncidence que le sceau de la racine se situait sur la langue, Satsuki le voyait comme une sacralisation de son propre pouvoir. Brusquement Mutsuri s'arrêta. Ils étaient arrivés au lieu de rendez-vous. Satsuki détecta plusieurs présences autour d'eux, et aucune n'avait la prestance d'un Kage, ou du moins, de ce qu'elle imaginait. La ninja lâcha le bras de son guide et resta immobile au milieu de nulle part, attendant celui qui allait les mener à la victoire.

¤La tempête approche, et elle sera terrible¤




_________________________________________________________________________
Membre de la Racine
« La racine sous la neige (Mission) »
Sam 19 Mar 2011, 15:43
avatar

Âge : 26
Nbre de messages : 63
Date d'inscription : 09/03/2011

oO Seul … Oo
Spoiler:
 

Ce n’est souvent qu’au moment de mourir que l’on se rend compte de tout ce que l’on à a perdre. J’errai dans les rues désertes de Konoha, le cœur lourd, le regard vide, telle une bête apeuré par un ennemi invisible, qui le traque sans relâche, sans lui laisser ne serait-ce qu’une chance de survie. Qui étais-je ? D’où est-ce-que je venais ? Je n’en savais rien, plus je me posais ces questions, et plus les réponses me semblaient loin, éperdument éloignées. Le monde fait de nous des êtres pauvres en émotions, sans relâche à la recherche du pourquoi de notre existence. Il y’à des années que j’avais perdu la notion du temps, et avec ce dernier passant, je me sentais pauvre. Pauvre de souvenir, pauvre d’humanité, pauvre de joie de vivre. Je ne vivais qu’au son tintant de l’argent sonnant et trébuchant. C’est le diable qui tire les ficelles qui nous animent. Si le dieu se tait, le diable lui murmure. Sa voix suaves enrôlant en sa faction des hommes normalement droits. Effet de mimétisme ou par simple contradiction de mes pensées, je n’osais plus justement en user. La peur anime nos pas, l’amour nous rend aveugle, mais qu’y à t-il à voir finalement ? Que nos yeux soient clos, cela vaut mieux pour tous. Un jugement éphémère sur des odeurs, des sons, des goûts. Si ce n’est le goût de ses lèvres, serait-ce son odeur ? Un visage duquel tombent des rivières de sang, un flot continu de sentiments d’incompréhension de la race humaine. Des sanglots étouffés par l’orage. Mais qui était en train de pleurer ? Pourquoi pleurait-il ? Je pouvais entendre le son de ces miasmes morbides et nuisibles à mon esprit. Mes pas se faisaient de plus en plus lents, pour finalement me voir m’arrêter devant la vitrine du fleuriste Yamanaka. Dans le reflet, entre les goutteles dégoulinantes sur la vitre, je pouvais apercevoir mon reflet meurtri. Ces pleures, ils étaient miens ? Quelle étrange sensation que celle d’un envahissement de nausées doucereuses. Je ne tardai pas à relâcher mon dégoût, courbé sur moi-même, les mains crispées sur mon plexus solaire pour y effectuer une pression étouffante. Etais-ce un ressentiment de mon âme quant aux rejets de ma propre vie ? Mais au final, qui étais-je pour penser cela ? Je ne devais qu’obéissance, respect et soumission, dans la racine, il n’y a pas de place pour la réflexion.

~ Quelques heures plus tard ~

J’étais en marche vers le lieu où je devrais trouver ma nouvelle compagne de guerre. La neige tombait déjà si fort à quelque pas de Konoha, s’en était affolant. Ce climat, je semblais étrangement y être habitué, mais en quoi pourrais-je le savoir ? Plus je cherchais dans ma mémoire et moins les réponses semblaient évidentes. La neige fouettait mon visage et mes mains, seules parties de mon corps livrées aux intempéries. Je subissais la morsure du froid comme un nourrisson respirant sa première bouffée d’oxygène. Une douleur douce, un tressaillement enivrant à chaque rafale. C’était cela, les prémices du pays de la neige, Yuki. Mon regard se portait au loin, tentant de transpercer ce blizzard qui ne semblait pas vouloir faiblir. Il semblait annoncer l’arrivé de terribles évènements. Je pouvais entrapercevoir sa silhouette au loin, à elle, celle qui m’avait tant troublé quelques jours auparavant. La jeune aveugle du nom de Satsuki. Mon admiration envers elle ne se portait pas tant sur le fait de sa capacité au combat en état de cécité, mais bien au fait de pouvoir rester debout en de telles situations avec ce handicap. Mais au final, si ses yeux ne voient pas, elle transperce le corps de n’importe quel individu ne serait-ce que par ses capacités de raisonnement, et des sens affutées à l’incompréhensible pour la race humaine qu’était la nôtre. J’arrivais finalement à son niveau, me stoppant face à elle sans dire un seul mot. Ses mains se perdirent d’abord sur mes vêtements, puis finalement sur ma main. La sienne semblait si chaude en comparaison de ce que je pouvais transmettre comme peu de chaleur humaine. Elle leva finalement son visage vers moi en enserrant un peu plus ma main. « Quand l'œil s'enfle dans le ciel et que la forge du mondes s'actionne, les sourciers cherchent des endroits silencieux, ces endroits qui restent calmes au milieu du tumulte. J'ai cherché le calme et c'est là que je t'ai trouvé. Je sens que la tempête approche. » Un rictus de tristesse, surement mêlé à de la haine se dessina sur mon visage, pour finalement laisser place après quelques secondes à un franc sourire timide.
« Nous y allons… Satsuki… »

Puis nous prîmes la route, d’un pas visiblement plus assuré pour elle qui avait maintenant prit mon bras comme guide de ses propres pas. La tempête se faisait de plus en plus présente au fur et à mesure que nous pénétrions dans le pays de la neige. La morsure du froid me forçait à courber l’échine pour avancer, en essayant au mieux de prendre les passages les plus accessibles pour ne pas inconforter d’avantage la jeune Kunoichi. C’est après quelques moments de marche qui nous arrivâmes au point de rendez-vous, là je me stoppai brusquement à la vue de plusieurs silhouettes autour de nous. La Kunoichi lâcha alors mon bras, avant d’annoncer l’arrivée d’une tempête. Ce n’était sans doute pas une tempête météorologique. Je pris son bras par moi-même cette fois-ci pour avancer un peu plus dans ce campement éphémère afin de trouver l’homme qui allait nous mener au front. Il ne fallut pas longtemps pour le trouver. Il était là, face à nous, allongé. Affichant un visage sans émotion depuis un long moment maintenant, je pris la parole le premier :
« Hokage sama. Nous sommes les forces élites de Konoha désignés pour cette mission. Matsuho Satsuki et Mutsuri Seishin’. Nous attendons vos ordres… »

Le début d’une longue remonté en enfer.


_________________________________________________________________________
Hokage
« La racine sous la neige (Mission) »
Lun 21 Mar 2011, 14:59
avatar

Âge : 27
Nbre de messages : 1756
Date d'inscription : 01/11/2006
Equipement : Quelques kunais...
Faction : Kage de Konoha
Apprenez à entrer en contact avec le silence à l'intérieur de vous-même. Shiro était un maître dans ce domaine. Personne n'était plus silencieux et mystérieux que lui. D'ailleurs, pas grand monde connaissait son passé ni ses origines. Mais à quoi bon au final, il n'a pas besoin de ces attaches pour vivre sa vie de ninja, ni celle de Kage. Toujours allongé sur la neige, Shiro rêvassait... Le froid d'en dessous de lui ne le gênait en aucun cas, pourtant cela faisait quelques bonnes minutes qu'il était allongé, attendant ses subalternes. De nombreuses questions lui traversaient l'esprit, toutes ses questions étaient à propos des deux ninjas de Danzô. A croire qu'il était impatient de les rencontrer. A le regarder, on n'avait pas l'impression qu'il était là pour une mission. D'ailleurs, plus on l'observait et plus on pouvait voir l'absence d'émotions chez le jeune homme. Le jeune Kage retira son chapeau d'au-dessus de son visage, il le posa à terre près de lui. Le visage ferme, les yeux vides et transparents, Shiro regardait le ciel. Un ciel qui déversaient ces flocons de neige... Un événement arrêta la longue et intense méditation de l'Hokage. Les deux shinobis qu'il se languissait de voir été arrivé au campement. Ils étaient un peu plus jeunes que lui, pas très impressionnant physiquement mais ils dégageaient une certaine sérénité qui été apprécié dans ce monde. Cependant, il fut intrigué parce que venait de dire la jeune ninja. Une tempête de neige à Yuki était chose courante, mais parlait-elle de cette tempête, ça Shiro ne le serait que plus tard. Autre chose l'interpella, les deux ninjas de Konoha marchaient ensemble comme si c'était un couple. Quand ils arrivèrent près de lui, il comprit pourquoi. La ninja était aveugle, elle possédait des yeux identiques à ceux du Kage. Pâle aux cheveux rouges écarlates, elle ne demeurait pas moins une jolie femme. Le shinobi l'accompagnant était d'une coquetterie sans égales. Propre et soigné, son teint rappela à Shiro la neige blanche qui tombait encore du ciel. Ses deux là formaient un couple assez mignon quand on les regardait attentivement. De plus de cela, ils se prétendaient comme étant les forces d'élites de Konoha. Intéressant et il ne fallait pas s'inquiéter, le Kage tachera de le vérifier au cours de l'aventure... Il fut temps pour Shiro de remplir ses fonctions d'Hokage. Il se leva lentement avec grossièreté, comme un ours se réveillant après un long sommeil. Avec sa main droite, il fit craquer sa nuque, puis étirant ses bras, il bonda son torse d'une forte respiration montrant qu'il était prêt. Après tout son cinéma, il prit la parole :

"Les forces d'élites ? Nous verrons cela au cours de la mission. D'ailleurs j'espère que vous êtes prêt car elle risque de ne pas être de tous repos. Je ne tolèrerais pas l'échec. J'ai spécialement fait appel au conseil pour avoir les meilleurs éléments du village. Alors ne me décevez pas !"

Shiro stoppa sa bouche quelques instants. En tant que nouveau chef du village, il était bien décidé à être intransigeant et correct envers ses ninjas. Il avait sa propre justice et comptait bien l'adapter au village. La paix ne peut s'apporter par la diplomatie, stupides sont ceux qui pensent pouvoir stopper une guerre avec de beaux discours. Le monde des shinobis a toujours eu recours à la violence pour régler les conflits. Et les quelques peu ayant régler leur problème par la parole ne sont plus là pour en parler. Shiro en était conscience, bien qu'il en soit désolé. Il est juste née dans une période triste. Était-ce sa faute s'il est née pendant une telle période. Il se le demandait souvent, mais le nouveau Kage n'était pas du genre à s'abattre sur son sort. Il était de ceux qui se battait pour changer le monde. Ironie du sort, il le faisait par la violence, un barbare ? Non, juste un guerrier vivant par la voie du shinobi et essayant de crée un monde juste. D'un ton assurant, il reprit :

"Voila vos ordres. Nous allons chacun prendre une route différente. Le nouveau point de rendez-vous, sera le château des Kazahana. Sur votre chemin, éliminez le maximum d'ennemis, faites attention aux embuscades et surtout, ne mourrez pas. L'ennemi ? Des ninjas d'Oto selon les informations, leur nombre n'est pas déterminé, mais ils ne devraient pas être plus d'une trentaine. Quand à leur niveau, nous ne savons rien. Prudence alors !"

Dur à y croire, aucune stratégie, aucun plan était préparer pour cette mission. Avec autant peu d'information, se séparer ne semblait pas une très bonne idée. Malgré cela, Shiro avait foi en la réussite de la mission. Pourquoi autant d'assurance sans le moindre plan. Pour la simple raison que l'improvisation faisait partit de lui. Et c'était la meilleure façon de tester l'élite de Konoha. Il était aussi très curieux de savoir les facultés de ces deux là. Une aveugle et un bonhomme de neige, ensemble ils forment sûrement une bonne équipe mais quant est il, lorsqu'ils sont seul face à l'adversaire. L'ennemi ne s'attendra pas à se faire attaquer par trois fronts différents, et l'effet de surprise sera du côté des forces de Konoha, il faudra alors en profiter, leurs nombres est en leur faveur. Nul doute que la prochaine mission, le conseil tachera d'affecter un ninja stratège à l'équipe, car comme stratège d'une équipe, Shiro n'était vraiment pas convaincant. Il ramassa son chapeau sur la neige et le mit sur sa tête. Il regarda attentivement les deux shinobis devant lui, puis leurs annonça :

"Mutsuri tu contourneras par l'est, alors que Satsuki tu te créeras un chemin par l'ouest. Moi je me chargerais de dégager une route droit devant. Attendez au château et protégez le jusqu'à que nous sommes tous les trois à l'intérieur. Bonne chance."

La mission allait réellement commencer à partir de maintenant...

_________________

Kage de Konoha
_________________________________________________________________________
Membre de la Racine
« La racine sous la neige (Mission) »
Dim 27 Mar 2011, 19:33
avatar

Nbre de messages : 29
Date d'inscription : 04/01/2011
    La racine sous la neige



MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

:.Es-tu en vie ?.:

Elle n'en finissait pas de se lever et de tomber. La tiédeur qu'elle ressentait autour d'elle était épaisse et lourde ; c'était un océan huileux, fin et clair, aussi profond que sa mémoire, et dont elle ne pouvait sonder les limites. Elle sombrait, la chaleur s'enroulait autour d'elle en filandres légères, pénétrait par sa bouche et ses narines, lui emplissait les poumons et la gorge, l'appesantissait. Elle sombrait, de plus en plus bas, n'en finissait pas de sombrer. La ninja n'avait que vaguement conscience de ses blessures. Dans son centre nerveux, des parties de son corps étaient comme occultées : des nerfs s'étaient tus alors que sa physiologie se mettait en œuvre pour la garder en vie. Mes plaies ne guériront jamais, balbutia-t-elle à voix haute, et les mots qui se solidifièrent la dépassèrent en flottant. Pourquoi avait-elle dit cela ? D'où ces paroles lui venaient-elles ? Satsuki se le demanda avec une lenteur éléphantine, et voulut pousser ces idées vers un recoin de son esprit, mais celles-ci étaient impossibles à mouvoir, immenses comme des glaciers et froides au toucher. La transe de préservation. Une partie de son cerveau finit par lui communiquer ce petit fragment de données. Oui, bien sûr. Son corps avait fermé ses frontières et l'avait enfermé à l'intérieur ; toutes les préoccupations extérieures étaient restées dehors, pour que son corps puisse travailler à arrêter une mort annoncée. Dans un certain sens, Satsuki était en état de stase. Son état était une demi-mort, celle des blessés proche de succomber. Comme il était étrange qu'elle put être à la fois si consciente et si inconsciente de tout. Les sections de son cervelet était éteintes comme un serviteur aurait mouché les chandelles dans les pièces inutilisées d'une maison. Elle avait déjà connu cet état, lorsqu'elle avait affronté son père, emportée par la folie. Elle avait survécu à cela, s'était réveillée avec de nouvelles douleurs et quelques mois de vie perdus. Allait-elle vivre cette fois ?

Satsuki essaya de sonder ses souvenirs, pour revoir ses derniers instants de conscience : elle retrouva des perceptions entrecoupées et des pics de douleur brutale. Cet homme. Oui, un ennemi avait été là. Et avant...Avant cela, il n'y avait qu'un écho de bruit blanc et une souffrance poignante. Elle se laissa sombrer, laissa s'estomper l'ombre de son supplice. Allait-elle vivre cette fois ? Elle ne le saurait que si cela devait arriver. Ou bien elle continuerait de tomber, de s'enfoncer, encore et encore, et l'aveugle du village de la feuille deviendrait une autre âme perdue, un rivet d'acier en forme de croix, de sa taille, planté dans la terre en souvenir de sa mémoire. Elle découvrit qu'elle n'avait pas la volonté de lutter. Ici, dans cet endroit inexistant et froid, recroquevillée à l'intérieur d'elle-même, elle pouvait se contenter d'être. De laisser passer le temps, d'attendre et de guérir. C'était ainsi qu'il en avait été après la lutte contre son père, comme il devait en être maintenant. Comme cela aurait dû être. Mais elle savait que quelque chose était différent. Cette douleur fracassante, dans ses côtes, n'avait ressemblé à rien qu'elle avait pu connaître auparavant. Dix ans à souffrir ne l'avaient pas préparé au baiser brutal de la douleur sur son corps. Satsuki savait maintenant, après coup, qu'elle était un adversaire d'un genre qu'elle n'avait encore jamais rencontré. Et cet homme...D'où cette puissance lui venait, la volonté qu'il possédait...Ces choses étaient nouvelles pour elle, dans un univers ou les ninjas se croyaient à l'abri de la surprise. Cela lui apprendrait à être trop sûr d'elle. D'une certaine manière, la ninja de Konoha s'émerveillait de la tournure des événements. Il était incroyable qu'elle eut pu survivre et tomber en transe de préservation après avoir reçu autant de coups. Des civils avaient été frappés par cette même puissance et en étaient morts. Tandis qu'ils étaient sans vies, Satsuki vivait encore, et s'accrochait au bord coupant de son existence. Pourquoi ? demanda-t-elle. Pourquoi moi et pas eux ? Pourquoi Satsuki Matsuho et pas les autres ? Qui avait fait ce choix ? Quelle différence faisait la vie ou la mort d'un homme dans l'équilibre de la balance ?

Ses sens lui revint et se résumèrent au toucher et à l'odeur de son propre sang. L'esprit de Satsuki valsait sous l'effet de l'impact et s'accrochait aux plus élémentaires des réactions, à peine capable d'assimiler la violence soudaine qui avait été déployée contre elle. Les ténèbres de sa vision tournoyait, et elle sentait la surface rugueuse du sol contre son dos. L'homme... c'était lui qui avait provoqué cet apocalypse. Quelque chose s'alluma à l'intérieur d'elle, un flamboiement d'émotions, aussi proche de la panique que les sentiments d'un ninja pouvaient l'y amener. Ou était-il ? Ou était-il passé ? La ninja se remit debout en ignorant la douleur que provoquait ses blessures. L'odeur du sang frais lui emplissait les narines, cette odeur qui lui était familière autant qu'elle lui était présentement détestable. Des dommages dus à l'écrasement de ses muscles se dessinaient sur son torse et sur son bras. Mais dans son autre main, sa main valide, la ninja serrait toujours son bâton d'aveugle avec un acharnement furieux, comme un talisman. Une fois complètement debout, Satsuki se concentra. Telle une statue, elle demeura immobile et silencieuse dans le seule but de localiser l'auteur de la boucherie. Car c'était bien une boucherie qui s'étalait à ses pieds. Elle avait suivit un groupe de civil qui tentait de rejoindre le château de Kazahana : dernier lieu libre de toute la violence que déchainait d'invisibles ennemis. Et puis tout à coup...Les bruits, les cris, la mort, l'odeur du sang, la violence, la douleur, l'inconscience. Et plus rien. Autour de Satsuki il n'y avait plus aucun battement de cœur à par le sien. Le sien...et un écho.

¤Ne bouges pas. Au moindre mouvement je serai obliger de devenir plus brutal¤

Elle sursauta quand la voix derrière elle s'accompagna par une décharge de chakra. La puissance de l'émission et la puanteur du chakra maléfique augmentaient alors qu'elle s'enfonçait dans sa peau comme un poison. L'impression de malice était de plus en plus forte, Satsuki pouvait ressentir son poids pressant sur elle comme une sorte de nuée étouffante, testant son esprit à la recherche d'un point d'entrée. Elle laissa ses sens s'emplir de la présence humaine derrière elle.

¤Si je reste immobile que va t-il se passer ?¤

¤Ce sera rapide.¤

Des mains étrangères se posèrent brutalement sur son corps, et remontèrent lentement sur son torse. Avec violence il la fit tomber au sol en la tenant fermement. Satsuki sentit son souffle sur son visage et les vapeurs acides de son haleine. L'homme passa sur elle et continua de découvrir son corps avec un plaisir sadique néanmoins atténué par le fait qu'il ne distinguait aucune terreur sur le visage de la jeune aveugle. Satsuki était avant tout une ninja. Elle comprenait le conflit. Elle respirait au rythme de la guérilla et du terrorisme. Dans ce type d'activité, il n'y avait rien de bien compliqué, peu de place pour le doute. Il s'agissait d'une question de victoire ou de défaite. Celui qui était le plus fort, le plus intelligent ou le plus terrible devait gagner. Elle était aussi haut gradé. Elle était habitué à l'obéissance. Elle avait grandi dans la racine habituée à nager dans un océan de terreur, à être crainte et adulée par ceux qui l'entouraient. C'était ainsi que les choses devaient être. A cet instant, elle n'était plus rien. Elle était moins qu'un jouet désarticulé pour le plaisir d'un homme. Et elle en éprouvait nulle peine, nulle terreur. Pourtant il fallait que cela cesse, Satsuki ne savait que trop bien ce qui allait se passer. Elle allait finir comme les civils autour d'elle : mort. Pour la première fois depuis la confrontation avec son père, elle allait l'utiliser...


¤Es-tu vivant ?¤
¤Hé, es-tu vivant ?¤
¤Dis moi, es-tu vivant ?¤


¤Tais-toi ou je serai obligé de te tuer.¤

¤Dans ce cas suis-je vivante ?¤

¤Quelle cinglée.¤

¤Le fou ici c'est toi.¤
¤Tu es déjà mort.¤
¤As ton avis pourquoi es-tu ici ?¤
¤Tu as du mourir pendant une bataille.¤


¤Tu débites beaucoup de conneries, je vais t'obliger à la fermer.¤

¤Alors donne moi la preuve.¤

¤La preuve ?¤

¤La preuve que tu es en vie.¤
¤Si tu es en vie tu devrais pouvoir mourir, non ?¤


¤Je suis en vie.¤

¤Alors tu devrais pouvoir mourir.¤
¤Allez, montre-moi.¤
¤Prouve moi que tu es en vie.¤


¤Prouver que...je suis vivant...¤

¤Allez fais le.¤
¤Si tu es en vie, tu peux mourir.¤


¤Je suis...en vie.¤

¤Allez, allez, allez¤

¤C'est pourquoi...Je peux mourir.¤

¤C'est sa montre moi que tu peux mourir.¤


¤Quel est ce bruit de l'autre coté de la porte ?¤
¤Ce sont des pigeons picorant un cadavre.¤
¤Quel est ce battement de l'autre coté de la porte ?¤
¤C'est celui d'un serpent avalant une grenouille.¤
¤Quel est ce bruit de l'autre coté de la porte ?¤
¤C'est celui des parents tuant leur enfant à coups de marteaux.¤
¤Quel est ce bruit de l'autre coté de la porte ?¤
¤C'est celui d'un cœur entrain d'exploser.¤



Satsuki se releva et poussa le cadavre qui était sur elle. Elle toussa, ce qui provoqua une douleur. La souffrance se propagea dans son corps en entier et elle fut prise de vertiges. Elle passa sa main sur son front et sentit la présence de sang frais. Mais la douleur la plus intense était vraiment sur son flanc. Elle était maculé de fluides corporels et grimaça lorsqu'elle dut enlever le sang qui c'était échappé de la bouche de l'homme lorsqu'il s'était tranché la gorge. Elle respira bruyamment en retirant le long éclat de métal qui avait traversé sa robe pour s'enfoncer dans sa hanche. Une douleur aussi soudaine que foudroyante parcourut l'ensemble de son système nerveux. Satsuki n'avait jamais ressenti une telle douleur de toute sa vie. Elle n'aurait jamais pu s'imaginer qu'une pareille souffrance était possible Elle fut prise de convulsions et se tordit au sol. Soudain, la douleur disparut, la laissant là, engourdie. Elle laissa tomber la pointe sanglante au sol. Au moins était-elle en vie, ce qui était déjà bien plus que tous les autres bougres éparpillés autour d'elle. Elle devait évacuer au plus vite cette zone. Trébuchant au milieu des cadavres, elle reprit sa canne et suivit le chemin de terre. Rassemblant ses forces, elle se jeta à corps perdu vers l'extérieur, jusqu'au château qui allait la conduire vers son équipe...ou de futurs cadavres .

_________________________________________________________________________
Membre de la Racine
« La racine sous la neige (Mission) »
Mar 05 Avr 2011, 17:41
avatar

Âge : 26
Nbre de messages : 63
Date d'inscription : 09/03/2011

oO Silence, je meurs Oo
Spoiler:
 

Lancement de l’assaut, j’allais donc devoir attaquer par le front est pour m’infiltrer jusqu’au château. Les dires de ce Hokage étaient bien étranges, pourquoi réunir si c’est pour la séparer pour arriver à l’objectif ? Etait-ce là dans le but de soustraire le plus d’ennemies possible à notre toute puissance, nous, ninjas de la feuille de Konoha ? Nous, nous ne sommes pas les feuilles, nous sommes les racines, celles qui te permettent de tenir sur tes branches, sans nous, petite feuille, tu meurs. Lentement, d’un léger signe de tête j’acquiesçai, et partais dans la direction qui était mienne en lançant un regard inquiet sur Satsuki. Finalement, je mis le capuchon noir qui trônait au sommet de mon haut et retira tout simplement mon bandeau frontal pour revêtir celui d’Oto, qui semblaient apparemment être nos assaillant. Je m’enfonçais maintenant dans le terrain neigeux, le pas rapide mais léger, porté par le vent comme l’étaient les flocons sur le sol. Violenté par la bourrasque, étouffé par une présence que je n’avais que trop senti par le passé, ce genre de présence étouffante, celle du prédateur qui garde un œil sur vous en vous rappelant de par sa prestance à quel point vous êtes inoffensif pour lui. Un serpent tapis dans le terrier d’un blaireau. Cela faisait maintenant quelque minutes que je marchais et je n’apercevais rien, je n’étais qu’une poussière parmi tout ces monts m’entourant. Les présences autour de moi se faisaient de plus en plus présentes, avant qu’un rire ne m’arrache de mes rêves. Je n’eus pas le temps de regarder autour de moi, le rire retentit de nouveau, prolongeant son écho dans les rocheuses, pour qu’il vienne de nouveau finalement faire vibrer mon échine. Quel était ce sentiment ? Etait-ce la une illusion ? Visiblement. Lentement, tout autour de moi devient flou, pour que je me retrouve finalement dans une pièce sombre, tenu par des fils passant à travers mon corps. La douleur semblait telle qui m’était maintenant impossible de bouger, seul mon regard vide trahissait mon envie d’hurler. Finalement, le shinobi apparut devant moi, c’était une femme, visiblement. Seul ses formes la trahissait à travers le voile qui recouvrait jusqu’à sa tête. Une shinobi d’Oto ? Je ne voyais absolument aucun bandeau frontal ou signe distinctif pouvant me guider sur un choix ou l’autre. Elle s’approcha de moi, tirant sur un fil qui céda sous son ongle, terrassant mon corps de mille douleurs que je ne pensais pas supportable. Un râle de douleur qui semblait être comme déglutit, voilà bien longtemps que mon corps n’avait pas subit tel traitement. Elle prit finalement la parole, confirmant par sa voix cristalline son appartenance a ce que l’on peut qualifier de profond malade mental.

« Les fils forment des nœuds, connais-tu le principe du nœud magique ? Il suffit de tirer dessus pour le voir se rompre… ça risque de te faire mal… »

Ses fils de fers semblaient êtres les chaînes qui me retenait à ma faute impardonnable. Traversant de part en part mon corps, je les sentais s’encrer en moi, comme s’ils étaient déterminées à resté en moi. Tout autour semblait prendre forme la prison dans laquelle j’avais décidé de m’emprisonner il y avait de cela déjà quelque longues années. Cette pièce sombre et lugubre, où j’avais décidé d’y enfermé mes plus graves erreurs ainsi que mon remord. Remord que je laisserais volontiers m’emmener jusqu’au tréfonds de mon âme. Ma douce, déesse de la mort… Me ferais-tu le plaisir d’abréger mes souffrances et de m’immerger d’eau, pour qu’enfin, tu me libères de mes chaînes ? Oh, s’il-te-plaît, priai-je tandis que la jeune juge de mon existence me prenait dans ses bras pour que j’entende les battements essoufflés de son cœur. S’il-te-plaît, met un terme à tout cela…Et pourtant, Elle ne semblait pas comprendre pourquoi je me rattachais encore à tout ça. Pourquoi j’avais choisie de me damner dans les profondeurs de la honte, du remord, de la tristesse et du désespoir. Qui était-elle, elle ne pouvait tout simplement pas comprendre ma détresse. La raison qui me poussait à rester ici, dans cette chambre isolante de mon propre subconscient, c’était parce que je n’avais personne, nulle part vers qui ou quoi me tourner. À quoi bon vivre pleinement la vie, si c’est pour être seule ? Pourquoi devrais-je profiter du moment présent sans me soucier d’hier ou de demain ? Qu’est-ce qu’est aujourd’hui ? D’interminable secondes trop longue, le temps passe si lentement, lorsqu’on n’a personne avec qui le partager… Tout ce qui me restait, c’était ces liens morts, comme … Danzô – quel nom étrange, enivrant…- se plaisait-il à les appeler. À quoi devais-je alors me rattacher ? À ma simple existence ? Non. elle n’avait pas le droit de me juger. Parce qu’elle ignorait ce que c’était d’être seul…
Si seul…


« Kunoichi…» Soufflais-je faiblement. « Mon nom est Mutsuri Seishin’. Pour qui te prends-tu, pour ainsi violer ce qui m’est le plus intime ? » Ma voix, faible et haletante, appuyait mal mes propos. Une voix sanglante aurait été adéquate, mais j’étais incapable de m’en accommoder. Un nouveau hurlement de douleur brisa les chaînes qui me retenaient prisonnier, ces espèces de fils noirâtres et sanglants, qui laissaient maintenant, une fois sortie de mon être, ce liquide vitale glisser sur la neige, déroulant un tapis rouge jusqu’au pied de la Kunoichi que je pouvais maintenant voir. Le genjutsu était brisé, moi avec, allongé au sol, j’eus simplement comme réflexe de poser une main sur cette nappe de sang qui venait de se former de l’appétit vorace de la neige, pour y faire ce que je savais faire de mieux.
« Kouseki no Gisei… »

Le sang sur la neige sembla envelopper mon bras, pour finalement venir me l’arracher en un hurlement sourd, perçant les flans des montagnes alentours, ne revenant en aucun cas sous la forme d’écho. Je venais de perdre un bras, mais je savais cela momentané. La kunoichi fasse moi semblait maintenant inquiète, elle s’agitait dans tous les sens, essayant visiblement d’hurler sans le pouvoir. Tous ces sens avaient étaient simplement annihilé pour la durée ou mon bras resterait la propriété du monde souterrain. Je m’avançais alors vers elle sans crainte, elle était devenu aveugle, sourde, muette, ne sentait plus les odeurs et le goût. Arrivé à son niveau, je posais simplement ma main sur son visage avant de procéder à la suite de ce qui allait se révéler être une réelle torture mentale. Le ranshinshou est une technique tellement vicelarde. Par un contact physique avec la tête de l'adversaire, je venais de lui provoquer un trouble mental qui désordonne son système nerveux. Ses mouvements ne sont plus coordonnés, elle ne peut donc plus marcher ni agir correctement, cela revient à être immobilisé. Ajouté cela à la torture mentale de la perte des sens. Je saisis des allumettes dans ma poche avant d’en craquer une sur son voile, qui prit immédiatement feu délivrant ainsi son visage, et quelque trace de brûlure. Lentement, je me saisis d’un Kunaï avant d’en déposer la pointe sur son front, c’était à moi de jouer. En appuyant les traits de mes pictogrammes, je lui inscrivis simplement le mot ‘mort’ sur le front avant d’y enfoncer lentement mon kunai, laissant la vie quitter ce corps maintenant meurtri.

« ‘Les fils forment des nœuds, connais-tu le principe du nœud magique ? Il suffit de tirer dessus pour le voir se rompre… ça risque de te faire mal…’ J’ai visiblement tiré le nœud qui t’as ramené à la réalité, celle de ta mort. Ça risque de faire mal. Essuie moi tout ce sang, t’es morte.»

Lâchant un soupir, je retrouvai l’usage de mon bras avant de tomber au sol, essoufflé, meurtri mentalement et physiquement par ce qu’il venait de se passer. Je venais a l’instant de soigner toutes mes blessures de part mes jutsus médicaux mais en aucun cas cela ne guérissait les blessures mentales ou l’endurance. Faute de pouvoir poursuivre, je fis ce que je devais faire. J’inhala une pilule du soldat avant de rejoindre le château.

_________________________________________________________________________
Hokage
« La racine sous la neige (Mission) »
Mer 06 Avr 2011, 19:13
avatar

Âge : 27
Nbre de messages : 1756
Date d'inscription : 01/11/2006
Equipement : Quelques kunais...
Faction : Kage de Konoha
L'Hokage fut le dernier dans le camps de Konoha. A peine avait-il annoncé les détails de la mission que les deux élites étaient partit à la hâte. Quand à Shiro, il prit son temps avant de décamper. Il vérifia plusieurs fois le contenu de son équipement, comme s'il partait pour un voyage sans retour. Les Anbus qui se trouvaient présents, se demandaient quand leur Kage allait partir. Il est vrai que Shiro prenait beaucoup de temps et qu'il tournait en rond dans le campement, qu'attendait-il au final. Personne ne le savait sauf lui. Soudain, il se stoppa. Il regarda le ciel et fit un sourire. Pourquoi souriait-il ? Tout simplement parce que c'était le moment pour lui d'entrer en action. Comme Hokage il était difficile à cerner, et pour couronner le tout, il agissait très bizarrement. Il remonta les manches de sa veste puis s'éclipsa dans un écran de fumée. Il atterrit un peu plus loin, mais à l'intérieur du pays de la neige. C'est alors qu'il se mit à courir en direction du château. Toujours tout droit se disait-il dans sa tête. Mais avec une telle approche, il serait certain que le commando d'élite le repère. Par quel moyen ce ninja était devenu Hokage, c'était une question à se poser quand on le voyait courir comme un enfant dans la neige. Plus il s'enfonçait dans Yuki, et plus ses pas devenait lent. Il s'arrêta alors de marcher, au milieu de nul part, un océan de neige l'entourait. Sa respiration forte et haletante laissa place peu à peu a une respiration très calme et contrôlé. Immobile, il ne bougeait pas d'un pouce. La neige qui tombait d'un rythme régulier commença peu à peu a recouvrir son chapeau de Kage. Ses yeux vides d'expression regardaient loin devant lui. Soudain deux shinobis sortirent de sous la neige et entourèrent Shiro. Aucune réaction face à l'ennemi. L'Hokage était sous l'emprise d'un genjustu ? Visiblement vu qu'il ne réagissait plus. A sa droite se tenait un homme, assez grand aux cheveux bruns foncés, alors qu'à sa gauche se tenait une femme assez mince aux cheveux blonds. Tout les deux avaient le bandeau frontal d'Oto. Shiro était tombé dans une embuscade. Quel piètre Kage faisait-il. Le ninja s'approcha de lui, sortit un kunai et le posa contre le cou de leur prisonnier. Le shinobi d'Oto fit un de ses sourires sadiques et s'écria :

"Ah ah depuis que vous avez foulez Yuki, nous savons qui vous êtes et votre nombre. Quand on a apprit que l'Hokage faisait partit de l'assaut, on a tout de suite pensé à se retirer, mais après vous avoir observé on s'est rendu compte à quel point vous aviez fait une erreur de vous séparer. Quels glands ces ninjas de Konoha !"

Le shinobi leva sa lame en l'air afin d'asséner un coup direct sur le crane de Shiro mais alors qu'il s'apprêta à fendre la boite crânienne du Kage, le bras gauche de celui-ci attrapa le poignet du shinobi. Puis d'un direct du droit en plein visage envoya l'homme à quelques mètres de lui. Un sourire narquois se dessina sur le visage du jeune Furukawa. La kunoichi figé de peur ne bougea pas, paralysé elle ne pouvait plus agir. Le ninja ennemi se leva avec difficulté et d'un mouvement rapide du bras essuya le sang qui coulait de son nez. Incroyable, alors qu'on croyait Shiro prit dans un genjustu, il réussit à se protéger. Il avait tout simplement feinté l'ennemi en le faisant croire qu'il était prisonnier du justu. A peine croyable, il fut si calme pendant tout ce temps que personne n'aurait cru qu'il faisait semblant. Les deux ennemis regardait le Kage avec effroi. Soudain le Kage de Konoha s'exprima :

"Comme je l'imaginais vous vous êtes séparé en voyant que nous étions dispersé. Je me fais aucun soucis en ce qui concerne mes compagnons. Après tout, nous sommes de Konoha ! Par contre si j'étais vous je me ferais du tracas. Étant donné que vous me considérez comme le plus dangereux, je présume que le plus gros est ici. Vous êtes que deux, donc au maximum vous êtes six."

Soudain un dragon aqueux fonça sur Shiro, quelques secondes d'inattention auront suffit à la kunoichi pour lancer son justu. Le dragon frappa le Kage dans le ventre mais celui ci resta sur ces pieds résistant à l'attaque. Les deux shinobis n'en revenaient pas une nouvelle fois. En réalité il reçu bien l'attaque mais utilisa un technique pour rendre son abdomen aussi dur que la pierre réduisant fortement l'impact. Les hostilités étaient lancées. Le jeune Furukawa avait face à lui deux ninjas de niveau juunin au minimum, élite au mieux. Pourtant il était toujours aussi calme, le signe de son assurance en lui même. En un éclair Shiro se déplaça en face du shinobi, il concentra son chakra dans sa main droite et paume ouvert il frappa son adversaire en plein visage une nouvelle fois. Shou-Geki-Shou, une de ces techniques favorite. Le cou de son ennemi se tordit et il fut projeté sur le sol, s'engouffrant dans la neige. La femme prit de fureur, fit des signes et lança un kunai. Celui-ci se multiplia en une centaine et foncèrent en direction du Kage. Shiro posa sa main par terre, un mur de terre se forma alors devant lui le protégeant de l'attaque. Malheureusement quelques kunais étaient passés au travers du mur... Un kunai s'était logé dans le torse droit de l'Hokage. Il retira l'arme et la jeta à ses pieds, un petit flux de sang coula sur son habit.

*Pas mal*

Une nouvelle fois Shiro concentra son chakra dans la paume de sa main droite puis frappa au centre de son mur de terre, la paroi se déplaça alors vers la kunoichi qui contra l'attaque par une boule d'électricité ce qui fit exploser le mur en plusieurs rocs de pierre qui s'éparpillèrent entre les deux ninjas. Contrairement à son compagnon, la femme se débrouillait plutôt pas mal face au Kage et elle résistait tant bien que mal à ses assauts. La distance qui les séparaient était toujours la même, c'est à dire cinq mètres à peu près. Elle ne laissait pas l'Hokage se rapprochait d'avantage. Elle devait sûrement craindre le combat rapproché. Alors que les deux ninjas se combattait tout en se déplaçant, la shinobi trébucha et perdit l'équilibre. Elle avait heurté son compagnon d'arme qui était enfouit sous la neige. Shiro profita alors de l'occasion, il se précipita vers elle avec un tacle qui la mit par terre. Alors il se jeta sur sa proie allongé au sol et attrapa son cou fin de sa main droite chaude. Terrifié par le différence de niveau qu'il y avait entre eux deux, la shinobi ne bougea pas. Elle attendait sa fin...Mais avant elle révéla un détail que Shiro ne s'attendait pas à entendre.

"Tu avais raison sur notre nombre sauf que tu as fait une erreur. Tes amis se battent actuellement en un contre un. A l'heure actuelle, ils doivent déjà être mort.. Argh... Les deux plus forts de notre commando ne sont toujours pas sortit de leur tanière...Vous êtes ..."

Le Kage de Konoha appuya sur le cou de sa victime, l'étouffant et la tuant sur le coup. Il était inquiet par ce que venait de dire cette femme. Il resterait donc encore deux ninjas dans le commando d'Oto, à condition bien sûr que Satsuki et Seishin' aient vaincu leur adversaire respectif. Mais pourquoi avoir laissé deux membres de leur groupe en retrait ? Cela tracassait énormément Shiro... Il se leva de dessus du corps meurtri et regarda en direction du château. Il n'était plus très loin maintenant, et le Kage ne savait toujours pas si ses compagnons étaient en vie. Il ne sentait plus sa blessure au torse, après tout ce n'était qu'une blessure superficielle. Le plus remarquable était qu'il avait tué ces shinobis sans remords et avec une froideur terrifiante. Il était évident que l'Hokage n'éprouvait aucune pitié pour ses ennemis. Shiro se hâta de rejoindre le château. Un immense bâtiment flambant neuf. Pourtant il fut détruit il n'y a que peu de temps. L'architecture féodal respectait à merveille le paysage de Yuki. Et l'intérieur n'était que plus beau, un intérieur chic qui montrait là toute la richesse de la famille Kazahana. L'homme monta au sommet du château, puis par une trappe se retrouva sur le toit du château. De là, il pourra observer l'arrivé des ses compagnons. Au loin, il vit Satsuki, elle était en vie marchant avec sa canne d'aveugle. Il regarda à l'opposé et vit Seshin arrivé lui aussi. Il était aussi en vie, quel soulagement pour l'Hokage, ses deux subalternes avaient survécu. Shiro redescendit le château le plus rapidement possible. Pendant sa descente, à plusieurs reprises il sentit une présence inquiétante. Comme si un monstre se tapissait dans l'ombre reniflant sa future proie. Le jeune Furukawa fit abstraction de cette présence. Il sortit du château arrivant ainsi devant les deux élites de Konoha. Ils étaient amochés à ce que voyait Shiro. Mais jusqu'à présent tout ce passait comme prévu à un détail près. Deux ninjas d'Oto se cachaient toujours. Quelque chose le tracassait, il n'avait vu aucun villageois lors de sa route pour venir jusqu'ici. De plus il restait toujours deux ennemis. C'est là qu'il comprit...

*Les villageois en vie doivent être prisonnier dans une pièce du château et les deux derniers membres du commando doivent surveiller cette pièce. Mais je suis monté au sommet et je n'ai rien remarqué de louche.. Hum c'est en bas qu'on doit chercher. Si mon intuition dit vrai il est préférable cette fois de rester ensemble*

S'ils restaient ensemble il est certain qu'il aurait l'avantage numérique mais du coup l'effet de surprise serait annulé. De plus Shiro n'était pas sûr qu'il y est des survivants mais la chose dont il était certain, était que l'ennemi se trouvait à l'intérieur du château. Son intuition ne pouvait le tromper.

"Pas trop fatigué j'espère ? Si mon information est vraie, il ne reste plus que deux membres de ce commando de pacotille. A l'heure actuelle, ils ont du nous repéré et on sûrement tendu des pièges. Il est temps pour nous d'entrer ce château et de finir le boulot qu'on a commencé. Seishin' et Satsuki je compte sur vous pour vous protéger mutuellement. Je vous suivrais de près."

Shiro marqua un temps d'arrêt afin de reprendre son souffle. Quelques signes de fatigue se faisait sentir de sa part. Une fatigue morale qui venait du genjustu qu'il s'est défait un peu plus tôt. Il retira son chapeau de sa tête pour l'accrocher sur son dos. La suite des événements allait déménagé au regard du Kage. La neige qui tombait sur les cheveux de Shiro se confondait parfaitement parmi eux. Il reprit la parole.

"Notre premier objectif est de retrouvé les survivants. Pour ma part j'en ai vu aucun donc s'il y en a, ils devraient se trouver à l'intérieur du château et si j'ai bon dans mon raisonnement, les deux shinobis d'Oto sont aussi à l'intérieur afin de garder ses villageois captif. Vous l'aurez comprit, notre deuxième priorité sera d'éliminer ses brigands. Si vous n'avez pas de suggestions nous pouvons y allez."

HRP :
Spoiler:
 


_________________

Kage de Konoha
_________________________________________________________________________
Membre de la Racine
« La racine sous la neige (Mission) »
Lun 11 Avr 2011, 18:51
avatar

Nbre de messages : 29
Date d'inscription : 04/01/2011
    La racine sous la neige


MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

:.Dans une époque de ténèbres, un aveugle est le meilleur guide.:

Ils étaient là tout les trois. Et devant eux se dressait...quelque chose. Satsuki ne pouvait pas le savoir. Mais elle sentait qu'autour d'elle l'air était plus lourd. Ses coéquipiers étaient nerveux, cela en devenait presque insupportable pour l'aveugle dont les autres sens étaient décuplés. Mutsuri l'emmena sur le chemin et Satsuki remarqua qu'ils pénétraient dans une enceinte. Le château entre autre. Le froid était plus mordant à l'intérieur qu'à l'extérieur et chacun de leur pas résonnaient atrocement. Satsuki s'immobilisa soudain. Une fine odeur la fit relever la tête subitement. Cette odeur était chaude et ressemblait à celle du métal. La jeune ninja se détacha du groupe et prit une direction inconnue, se guidant seulement avec sa canne. A mesure qu'elle avançait, l'odeur s'accompagna de petit cris et de gémissements. C'est alors que Satsuki trébucha. La chose était molle et humide et empestait de cette odeur particulière. Autour d'elle, l'aveugle réalisa alors qu'elle n'était pas seule.

Il y en avait douze. Sept hommes, quatre femmes et un enfant. La variété de leurs cris ne cessait d'étonner Satsuki. Certains, la plupart, avaient crié des le début. Quand elle leur marchait dessus, lorsqu'elle faisait jouer de son bâton pour les écarter, lorsqu'elle travaillait sur leur terreur comme un peintre travaille sa toile, adoucissant une gouache d'horreur par des mélanges à base d'huile de peur : lors de ces moments de pure flamboyance, son cœur s'élevait vers les sommets de son chef-d'œuvre. C'est à cet instant qu'ils rejetaient leur tête en arrière et que, pour la plupart, ils hurlaient. Certains, cependant, restaient silencieux : le regard fixe, abruti et animal, les yeux exorbités, les lèvres tremblantes, le visage luisant. Dans ces cas là Satsuki posait une main amicale sur leur tête. Et ils retrouvèrent leur voix. A son passage, l'une des femmes, une simple d'esprit peut-être, était tombée à genou pour prier. Une sorte de litanie à l'attention d'un dieu. Rendu folle furieuse par sa piété, Satsuki avait tranché ses doigts les uns après les autres, se délectant du changement dans son attitude. Les crétins religieux savaient aussi bien hurler que chanter apparemment. Un homme avait tenté de la combattre. Brièvement. L'enfant...L'enfant avait appelé sa mère. Il avait pleuré, couiné et braillé. Cependant, lorsque Satsuki s'était penchée sur lui pour le réconforter, les pleurs s'étaient arrêtés d'un coup, la prenant par surprise. La main du gamin avait plongé d'en dessous, tenant la lame aiguisée d'un couteau. L'innocence n'était pas à la mode dans cette région du monde. La lame s'était brisée. La patience de Satsuki aussi. La race humaine a toujours eu une grande imagination. Tuez un millier d'entre eux, et ils vous haïront. Tuez un million d'entre eux, et ils feront la queue pour vous affronter. Mais tuez un seul homme, et ils vont imaginer des démons et des monstres derrière chaque ombre. Tuez une dizaine d'hommes, et ils vont pleurer et gémir toutes les nuits. Ils ne vont pas ressentir de la haine, mais de la peur. C'était le seul chemin vers l'obéissance. Les hommes sont des créatures qui paniquent et répandent la peur autour d'eux. Les autoriser à agir de la sorte la servait. Car IL était là. IL n'était pas loin. IL était même tout proche! Elle tituba en avant, sa pitoyable canne préparée, se sentant ridicule et démunie. La certitude de la présence du ninja, une tempête frappant de plein fouet ses sens et recouvrant son être, sa présence, donc, était indéniable. La bête avec son chakra, une image qu'elle aurait pu reconnaître partout et tout le temps. Et pourtant, entre chaque piédestal, il n'y avait que le vide. Sa canne chercha dans les moindres recoins. Pour la première fois, pour autant qu'elle s'en souvienne, Satsuki douta de ses propres sens. Elle se pencha, pivota, ouvrit ses oreilles et respira à grandes bouffées d'air...en vain. Elle était si sûre. Si complètement convaincue que son adversaire était présent...et pourtant...rien. Elle suivit l'odeur du sang, comme un chien de chasse renifle une piste, et se déplaça entre chaque cadavre avec un soin exagéré. Mais il n'y avait rien. Pas le moindre bruit, la moindre respiration, le moindre battement de cœur. Et pourtant...Surgissant des ombres comme une araignée aurait jaillit de sa toile, une forme dépassa Satsuki la faisant tombée dans les fluides corporels d'un cadavre. La forme se précipita à l'extérieur de la pièce et se fondit dans les ténèbres du hall pour réapparaitre derrière la silhouette de l'Hokage. Satsuki pouvait désormais le suivre à l'odeur. De son corps émanait une puanteur caractéristique du cannibale, à chaque seconde elle assaillait son odorat. La jeune aveugle n'alerta pas ses coéquipiers. Protéger l'Hokage ne faisait pas partit des objectifs que Danzô-sama exigeait. Depuis son admission en tant que membre de la racine, elle avait donné sa vie, son âme et bien plus encore au service de Danzô. Sa volonté ne lui appartenait plus et seul les mots de son chef légitime pouvait diriger ses actes.

:.Flash Back.:

¤Avant que vous ne nous rejoignez, j'ai quelque chose à vous demander. C'est une question. Une question très simple.¤

¤Oui ?¤

¤Il demande votre conseil. Il demande "Que feriez-vous ?".¤

¤Quoi ?¤

¤Vous avez entendu. La situation telle qu'elle est. Des rumeurs sur le retour d'Orochimaru, l'Akatsuki, une Hokage défaillante. A la place de Danzô-sama, Satsuki, que feriez-vous ?¤

¤Est-ce un test ?.¤

¤Vous savez très bien que c'en est un.¤

¤Je ne suis pas à la place de Danzô-sama. Je n'ai pas accès aux informations à sa disposition. La suite comprend cela, dois-je assumer le fait que je devrai remettre en cause son jugement sans connaître les faits ? Suis-je à ce point arrogante ? La seule réponse correcte, est qu'il n'y a pas de réponse à cette question. Comprendre n'est pas nécessaire, Danzô-sama ne demande que notre obéissance.¤

¤Bienvenue dans la racine, Satsuki Matsuho¤



Satsuki refit face aux ombres d'où était sortit la créature, le ninja, l'ennemi. Car la présence n'avait toujours pas disparu. Dans un coin, tapis, attendant son heure, une nouvelle forme fit surface. La jeune aveugle pouvait l'entendre renifler autour d'elle, sentir son odeur et la bousculer comme un chat joue avec une souris. Une nouvelle fois elle tomba au sol, rongée par ses blessures, acculée par un prédateur avide de sang. Si il n'était vraiment plus humain, Satsuki n'avait aucune chance de l'influencer avec ses mots. Elle devait rapidement trouver une solution, ou elle finirait comme les êtres autour d'elle : tous allié dans la mort. Quelque part, dans une partie calme et obscure de son esprit, milles intrigues se croisèrent, se percutèrent pour former un enchevêtrement de plan. Un fin sourire se dessina lentement sur son visage...

¤Quand une charrette tirée par des bœufs s'arrête, faut-il blâmer les bœufs ou la charrette ?¤

_________________________________________________________________________
« La racine sous la neige (Mission) »

Contenu sponsorisé


_________________________________________________________________________
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

La racine sous la neige (Mission)

   Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sauter vers: